carnet des

voyages de YAO

Découvertes des pays

BRESIL

24 février /24 mai 2015

Nord-Est Bresilien

Nous débuterons le voyage de Jacaré prés de Joao Pessoa car le bateau lui reste à la Marina de Jacaré ou nous avons passé une semaine en démarches administratives, balades et fêtes musicales avec Lotus (Foué et Laura), Nichen (Jean-pierre, Véronique et leurs équipiers Benédicte et Christophe), nous deux et notre équipier Gaby (pris le jour de son départ vers la sa découverte du Brésil) ainsi que son ami Jeff et un campeur: Iréné.
Voici une carte de notre circuit pour vous reperez Nous prenons la route et des le début c'est La Route en voici un resumé, ça vaut son pesant de .... Goudron!
De Joao Pessoa direction Récife, nous esperons arriver avant la nuit pour trouver une pousada ou un camping dans nos tarifspetit condensé de nos couchages ce qui ne sera pas toujours facile ...sur le chemin nous découvrons apres Igarassu et ses églises(voici un diaporama de toutes celles rencontrées lors de notre voyage, c'est pitoresque!) l'ile d'Itamaraca ou se trouve la reserve de réhabilitation des lamantins que ces cétacés sont laids, gros, émouvants et fragiles. Nous dormirons sous Récife prés de la plage de Porto de Galinhas.
De cette côte nous entrons dans le pays direction plein Ouest en traversant dans toute sa longueur l'état de PERNAMBUCO, en passant par Curuaru puis les chutes de "cachoeira de Urubu" un arret à l'ombre pour midi .De route en piste bordées de Canne à Sucre(pas que pour la cachaça loin sans faut, le Brésil fait de l'éthanol,carburant pour les voitures avec cette canne)nous croisons des vehicules de transports des plus gros et long au plus petit et chargé .Dans un hotel de station service nous survivons de justesse à une intoxication à la bombe à moustique.
Un petit dejeuné: cafe da manha (oeuf brouillé, banane frite, Couscous de mais, tapioca en crêpe tartiné de beurre rance, pain grillé, Ragout de chèvre, fromage grillé, saucisse à la tomate ou grillé, lait caillé, fruit frais avec café sucré, jus de fruit, lait.)parfois moins mais toujours dans cet esprit de gros repas.
Nous passons Serra Talhada et avant la Chapada Araripé nous campons(pluie toute la nuit).Nous quittons cet état pour celui du PIAUI et nous sommes déja dans le SERTAO mais en mars il ne ressemble pas à celui chanté par Lavillier en effet tout est vert seuls les animaux errants sont à l'image de cette région la plus pauvre du Brésil.Petite collection de nos animaux brésiliens
1200 km à Vera Mendes ou nous dormirons dans nos hamacs (heidji) chez Maria Gajuta apres une soirée à l'ancienne: musique sur le pas de la porte avec les voisins, Jean-loup y va de sa guitare ...
Et encore des trous, des lignes droites, des animaux vivant ou mort sur la route, des pistes,avant d'arriver au Sitio de Moco notre camping au porte de la SERRA CAPIVARA qui est notre première destination. Rencontre avec l'hotesse et la guide que sera pour nous "Conceiçao" .Quatres jours super du bricolage pour jean-loup, des recettes de cuisines pour moi, des decouvertes archeologiques, humaines, amicales. un grand merci à toi"Conception" comme nous t'appelons à la française.
Visite donc du Parc National patrimoine de l'unesco : serra capivara 130 milles hectares de grottes, falaises, canyons, foret, découvert en 1979 par Nedje Guidon archéologue française de la sorbonne. des peintures rupestres, des traces de vie de plus de 40.000 ans etoui....Des formations geologiques, des végetaux comme les maniçobas (arbre a latex)et d'autres plantes capablent de rester comme morte pendant 9 mois de l'année et de s'épanouir des le troisième jours de pluie, luxuriantes pendant trois mois et mourir à nouveau. Des animaux comme le jaguar, le tatou, le moco, la biche ...nous ne verrons que le moco les autres ont bien assez d'espace pour fuir les humains surtout en cette période de verdure , dommage!
Nous visiterons le musée bien difficile à trouver si on ne sait pas qu'il se trouve à coté de l'université, puis dans le parc à deux pas de notre camp : la Caldeirao de Rodrigues, le Desfiladeiro da Capivara y del inferno, le Boqueiro da Pedra Furada, celui da Fumata et celui da Baixo Vaca, puis la Serra Branca à 70 km de notre camping, une demi journée de marche suivit par la Serra Vermelho qui se trouve sur la même route, marche encore tout l'apres midi . Heureusement que nous dormons bien car les journées sont chaudes, longues, et sportives .
Nous reprenons la route vers le nord est cette fois et voici une collection des maisons rencontrées sur notre route de la plus simple en torchi a la plus élégante et kitchà remarquer l'eternelle antenne satellite.. Arret à Castelo de Piaui pour ses formations rocheuses situées bien aprés la ville, un detour vers Pedro II (pedro segundo) pour visiter une mine d'opale mais il aurait fallu reserver et revenir le lendemain matin ...Nous continuons vers la Reserve des Sete Ciudades une journée entière de marche sous le soleil et une baignade pour finir en beauté.
Nous continuons vers Sao Luis malgré la pluie qui détrempe la route et la piste passons en bac le Parnaiba et entrons dans l'état de MARANHAO Sao Luis à 17h c'est Paris à l'heure de pointe sauf que les autos ici sont des camions et que le périferique est si défoncé que le goudron fait une ornière sur la voie de droite en plus des nids de ...autruches.
Visite de la ville bien mal en point et vous n'aurez pas l'odeur d'égout la technologie n'en est pas encore là et repas de la specialité de la region: Caldeirada de Camaro(ragout de crevettes). Une promenade jusqu'a la pointe de la presqu'ile dans le village de pêcheurs de Reposa (là aussi les odeurs...) maisons sur pilotis et brodeuses à la bobine.
Toujours dans cet état nous sommes maintenant à 3900 km et prenons la directions de la côte vers l'est /sud est, amorce du retour et visitons un site superbe les "Lençois maranhenes" des dunes de sable, un desert 150 km par 25 km, mais au pied des dunes de l'eau douce ... de la flaque à la lagune de plus de trois mêtre de profondeur selon la saison .On y arrive en touristes car seuls les 4x4 de la reserve y accedent mais quel parcours que j'ai pensé à mon Lucas lorsque nous roulions dans ces chemins!.
Depuis notre départ nous avons sans cesse vue des villes et villages ou les gens vivent dehors ou presque ils ne sont separés de la rue que par leurs grilles de fer forgé plus ou moins travaillées, en voici une collection
Quitter la ville de Barreirinhas est des plus difficile il y a trois routes deux vers l'est ou le sud une vers le nord ouest, nous esperons prendre la plus courte pour gagner à 50 km de là le delta du Parnaiba, nous commençons par une piste de sable courte certe et directe mais impraticable pour notre berline ,essayons donc la suivante deja moins courte un detour de plus de 100 km apres 60 km de goudrons transformé en creuvasses de laterite nous nous trouvons devant une rivière de l'eau aux cuisses ...impraticable et retour à la case depart nous serons obligé de faire 390 km pour ralier ce delta et par chance en faisant regonfler les pneux nous decouvrons avant son explosion que le train arrière est usé jusqu'a la trame
visite donc (par chance pour notre porte monnaie) avec un autre couple en safari de nuit de ce fleuve magique! des animaux que nous esperions voir mais pas de si pres (encore une pensée pour mon garçon) Nous dormirons deux nuit dans la Casa de Apaio do Ceu da Pedra do Sal( concregation de Santo Daime)chez juliana ,Felipe,et leur ami Jesus. La route continue vers Jericoacoara au nord ouest de Fortalesa et nous sommes de nouveau dans l'état du PIAUI mais la courroie de distribution nous lache en pleine cambrousse à Chaval trois jours d'attente au milieu des moustiques juste sur la frontière entre le PIAUI et l'etat du CEARA; Nous repartons enfin mais ne visitons pas la plage de Jericoacoara beaucoup trop de touristes à prendre les 4x4 comme à Lençois la aussi les dunes sont protégées. Qu'importe nous filons vers Fortaleza que nous passons sans aucun soucis c'est dimanche ! Puis roulons vers une autre plage mytique du Brésil : Canoa Quebrada pres de Aracati rouge de falaise mais blanche en sable des maisons sur pilotis et des jancadas sur l'eau ou sur la plage . Nos premières langoustes grillées a l'ail un regal.
Continuons de descendre vers notre marina entrons dans l'etat du RIO GRANDE DEL NORTE ses champ de petrole et passons Natal avec un arret a Pirangi del Norte pour voir l'arbre le plus large du monde :un cajueiro (arbre a caju )8500m2 de superficie et croyez moi il est temps que nous arrivions car notre vehicule depuis peu est passé du bruit d'une berline chevrolet classique a celui d'une "coccinelle" puis une deux chevaux et maintenant c'est plutot une mototrial 80cm sans pot d'échappement... Nous arrivons donc à Jacaré avec trois jours d'avance sur notre mois de location nous en profitons malgré le bruit et les regards inquiets des passants pour faire un plein de courses bateau, faire laver interieur /exterieur l'engin qui en a bien besoin apres un mois de chiens et 5600 km de pistes/routes avant de rendre non sans difficultées cette auto a son proprietaire qui rechigne a nous rembourser les avances que nous avons du faire pour la reparer .
Et voici en un peu long peut etre notre periple Nord Est.

Côtes sud du Brésil

De Jacaré, état du Paraïba, nous descendons la côte vers l'état de Bahia, doublant le Pernambuco sans nous arreter à Récife .
Arrivée à Salvador de Bahia, baie de "todos los santos", nous passerons trois bonnes semaines, entre les amis retrouvés ("Caramor")et la beauté du Paraguasu et de ses villages
Cette fois apres le marché de maragogipe, nous pousserons jusqu'à San Tiago aprés une halte à San Francisco accompagnés par nos amis kathy et Franco.
Puis seul nous remonterons vers Cachoeira pour notre provision de Cachaça et de charrutos Talvis. L'entrée comme la sortie du fleuve reste la partie la plus délicate de ce parcours et nous resterons échoués sur un banc de sable( 6 heures) lors de notre retour.

De Salvador de bahia nous longeons la côte vent et houle de face . Nous passerons une soirée à : Morro de San Paulo, un coin ou les villas semblent mystèrieuses, perchées sur leur roché. Puis nous irons vers la Baie de Camamu ou nous resterons trois jours, le temps de rejoindre Maràu ou nous fêterons l'anniversire du Capitaine, de chercher et d'arpenter la cascade de Tamambré . D'un coup de vent du nord (ou nous dechirerons le spi) nous descendrons vers Ilhéus et mouillerons dans la Baie devant le Club Nautique le plus AGREABLE de notre voyage tant par le site que par l'accueil. Nous resterons une semaine à réparer, et traiter les chiens (tiques)puis notre sortie du Bresil faite à l'émigration nous tenterons une descente vers l'Uruguay. Je vous la décris dans la rubrique navigations avec des arrêts illégaux à Garipari, Rio de Janeiro et Ila Grandé.

URUGUAY

Du 9 juin/16 juillet , du 10 novembre/29 novembre 2015

Uruguay

De notre arrivée à Punta Del Este à notre départ de Puerto Sauce la saison est bien differente. En juin c'est l'automne il fait froid alors qu'en novembre c'est la fin du printemps chaud ,orageux mais une constante : toujours le vent du sud, s'il vient de l'ouest c'est le Pampero et l'eau descend, s'il vient de l'est c'est le Sudesté et l'eau monte.Il n'y a pas de marée comme chez nous, mais des crues et decrues...
Nous avons visité Colonia de Sacremento, Carmelo un peu plus a l'ouest et fait deux brêves escales à Montevideo lors de nos départ et retour de France.
L'Uruguay c'est la France des années 60 .L'ambiance, les voitures, tout y est assez proche de nous . Les habitants chaleureux et serviables même dans les administrations ou la sécurité. Nous n'avons pas pris le temps de visiter le nord du pays car nous découvrirons ces paysages en Argentine (l'Uruguay etant une ancienne partie de celle ci).Il nous reste de ce pays le sentiment d'une douceur de vivre bien agréable.

ARGENTINE

Du 30 novembre 2015 au 8 fevrier 2016

Argentine Nord

Nous y sommes venus pour le Tango, les Andes, la Pampa et la Patagonie
Nous en sommes partis emerveillés et séduits.
Pour commencer nous avons loué une auto : une kankoo et attaqué la visite du nord du pays.
Avant de se lancer sur les routes nous avons consacré une soirée a nos amis du voilier "Nemo".Argentins ils vivent non loin de Bueno Aires et tentés par un long voyage en voilier avec leur deux jeunes enfants ils souhaitaient nous faire rencontrer leurs parents qui comme les notres tremblent à cette idée, esperons que notre sérénité leur à été profitable! Les trajets furent long et souvent inintéressant, des kms (30 une fois)de bitumes sans un seul virage ou raison de bouger le volant, des prairies à faire palir la Bauce ....Mais au bout du compte des merveilles.
Les chutes d'Iguazu,
La région des Missions Jésuites avec une incursion au Paraguay,
La mine d'Amethiste prés de Posada,
les montagnes colorées du nord ouest appelées Quebradas et les Andes,
les lagunes sauvages ou salées des haut plateaux andins,
les plaines riches et fertiles ou desertique de la region des vins(Mendoza,San Juan,San Luis...)
le retour par Alta Garcia et Cordoba en l'honneur de CHE
Enfin avant de rentrer sur la capitale nous avons partagé un veritable Assado Argentin avec nos amis du voilier "Carango".
Un mois de tourisme, 7500 km, un seul ennui mécanique mais malheureusement du a l'état des pistes et notre conduite 4x4.
Nous ne pouvions quitter le pays sans un petit tours de Capitale : la visite de Buenos Aires

Argentine Sud

Puis en bateau nous avons gagné Mar Del Plata ou un court séjour nous a permis de découvrir des gens charmands et de participer avec eux un cours de Tango Argentin...
Enfin la traversée vers le sud du pays avec vent de bout et courant dans le nez pour arriver sur l'ile des ETATS, parc national immense et vierge. Cinq jours de repos, marches et bricolages avant de repartir avec deux autres bateaux, Galaté(france) et Kalibu(allemagne) vers Ushuaiaet sortir de ce grandiose pays.

CHILI

Entré par le détroit de Lemaire dans le canal de Beagle nous quittons l'Argentine à Ushuaia pour entrer au Chili à Puerto William.
Après une bonne semaine de préparation nous commençons le trip par le passage du Cap Horn ,ce sera plutôt un aller et retour car le Chili interdit de passer le cap et continuer derrière l'isle Navarino.Un temps ideal du vent mais pas trop 25 noeuds,juste une fin de bourasque qui aura levé assez de houle pour nous empécher d'aller à terre faire signer notre livre de bord.....
Il nous faudra bien quatre jours pour cette nav et encore une semaine pour avoir l'autorisation de la Marine pour partir dans les canaux en direction du Pacifique.
Nous quittons donc le Port pour trois petites heures de nav avant la tombée de la nuit et nous ancrons dans une baie :puerto ostero, tout est tranquille et nous nous préparons pour la nuit quant, le vent étant monté a presque 40 noeuds pendant notre diner,l'ancre décroche et nous sortons en queques minutes de la baie évatant par miracle les rochers la bordant et raclant sur notre passage toutes les algues:Kelp, du fond.
Nous enfilons précipitament nos cirés sur nos pyjamas et nous renonçons bien vite a l'idée de nous ancré à nouveau dans l'anse car nous n'y sommes pas protégé .
L'ancre est restée bloquée à deux mètre avec une trop grosse brassée de kelp que je ne peux oter sous le vent et la pluie en pleine nuit.
Nous passerons donc plus de 7 heures a faire au moteur des Z dans le chenal devant l'entrée de cette caleta le traceur de carte bloqué en mode demonstration,avec comme seul instrument fiable notre sondeur, par 40à50 noeuds de vent avec des rafales ....dans le noir entre la cote chilienne, le phares de éclaireurs et les lumières au loin d'Ushuaia.
Le lendemain nous trouvons une baie mieux protégé dans laquelle nous nous amarons avec deux ancres et un bout a terre.ET dormons!

Nous allons vite prendre l'habitude de repérer sur notre guide et sur le paysage les lieux propice à une bonne nuit et nous nous ancrerons toujours autant que possible devant derrière et ajouterons des lignes sur des éléments à terre, arbres, rochers, ensemble d'arbustes, ....
Nous passerons de Beagles à son bras sud pour voir le glacier FOUQUET, puis retour dans le bras nord pour voir les glaciers PIA, VENTISQUEROS,il fait froid ,il pleut souvent et le grésile remplace l'eau.
Nous retrouvons parfois Galaté, parfois Kalibu, parfois les deux et passons à chaque fois une bonne soirée.
Bienqu'interdit nous passons tout de même par le Canal BARBARA pour gagner au plus court le Canal de MAGELLAN coté Pacifique.
C'est en terminant cette traversée que nous verrons de tres prés des Baleines Joubard.
Avec bien du mal ,vent contraire,courant de face, et froid et pluie,nous finirons par arriver au Canal SMITH et nous débuterons là aprés trois jours de repos forcé par le vent dans la Caleta Teokita ,notre remontée plein nord.
A mi chemin de ces canaux nous prenons la décision de nous détourner vers Puerto Natales afin de faire le plein de gaz oil que nous consommons plus que prévu à cause des vents contraires et refaire notre visa pour le Chili qui à deja plus d'un mois et demi,les 90 jours risquent d'être dépassés sinon à notre arrivée à Puerto MONTT. A Puerto Natales nous ne sommes qu'a 30km de l'Argentine et commeavec nos amis Allemand nous avons loué une auto pour faire les courses et le carburant nous en profitons pour faire une sortie entrée du et au Chili.
Nous étions venu par l'angostura Kirke et ses ordes de lions de mer, nous repartons par l'angustura Withe et son style baie d'Along.
Dans le seno Union nous avions fait une pose sur l'ile JAMES, avec Kalibu et Octopus mojo(france)à l'allée et au retour de même, mais avec kalibu et Skol(france).
Toujours vers le nord de Seno en Caleta, nous arrivons à Puerto EDEN tres tres petit port ou nous retrouvons kalibu et Robusta (suisse).
Toujours direction nord angustura ENgles puis Golfe de PENAS et c'est notre première rencontre avec le Pacifique ,trois jours de bonne mer ,houle de 8 mêtres, vent de 25 noeuds avec rafales a 30, et le tout arrière, j'allais dire enfin après tant de vent de face ,mais avec une houle si forte et deferlante je n'ai pas ris du tout . Malade trois jours durant....
Retour dans le golfe de CORCOVADO et le calme revient encore du moteur et de soucis de courants et vent contraires mais si calme....
Nous remontons tranquillement le long de l'ile CHILOE pour arriver à Puerto MONTT dans le golf d'ANCUD.

PEROU

Nous y entrons en train par la petite ville de Tacna en provenance du Chili.
Nous allons reprendre un bus et filer vers le nord de ce pays pour visiter quelques sites archeologiques si nombreux dans ce pays.
Pour commencer pres de Chiclayo le site de TUCUME et ses pyramides civilisation MOCHE puis le musée de LAMBAYEQUE sur les restes du seigneur de SIPAN.
De la nous revenons vers le sud découvrir CHAN CHAN,civilisation CHIMU,site qui se trouve pres de CHIMBOTE puis le CERRO SECHIN pres de CASMA
Toujours en bus nous passons par Lima ,visite éclairde la capitale avant de continuer vers NAZCA;Visites des lignes celebres,dont personnes n'a l'explication, puis les cimetières pre inca plus ou moins profanés:CHAUCHILLA.Puis les Canaux d'irrigation de la region datant des incas mais si bien fait qu'a peu de frais d'entretient ils fonctionnent encore et desservent la ville en eau. Dans la ville visite chez un potier travaillant comme les incas, un joalier d'argent et pierre, puis un tisserant de ses tissus si typique du Perou,les TEJIDOS. Il nous reste un peu de temps aussi pour ce changer des vielles pierres nous filons sur les dunes de sables blancs en buggy geant faire du sandboard.
Nous Nous dirigeons maintenant vers l'est et arrivons à CUZCO ou Jean Loup commence à resentir le SORROCHE, le mal de l'altitude.Cuzco est à plus de 3000m. Nous descendrons des le lendemain vers le CHAUQUEQUIRAO l'autre matchupichu,et passerons 5 jours tres physiques mais dans un environnement magnifique. Le guide muletier, sera parfait et si vous envisager cette balade reservez Paolino à L'hotel CASA NOSTRA de CACHORA.
Apres ce Treck dont nous ne regrettons même pas les souffrances, nous retournons à CUZCO pour une visite de cette ville vraiment charmante
De la direction la Bolivie en passant par le celebre lac TITICACA et COPACABANA en Bolivie.
A Puno ville assez salle nous debutons notre visite des iles en premier les iles construitent en roseaux puis les iles volcaniques. Nous traverserons la frontiere avant Copacabana petite ville bien loin de la plage bresilienne qui porte son nom.

BOLIVIE

Et arriverons à LA PAZ 4000m .Nous n'y resterons pas de part l'altitude qui ne convient pas à Jean-loup d'autre part c'est trop grand, trop de monde, de circulation, nous prenons nos billets pour le Salar et Sud Lipez et un Avion pour Rurrenabaque.
RURRENABAQUE porte de l'Amazonie Bolivienne, rivière Beni, parque MADIDI nous allons faire une incursion en jungle,avec un guide un peu Chaman et voir ,apprendre les plantes et animaux d'ici.
Rechauffés, bien dans nos poumons nous repartons vers les hauts boliviens SUCRE la ville blanche ,puis POTOSI la ville minière.La nous irons voir de pres ce qui s'y passe et apprecions depuis à sa juste valeur l'Argent.....
Puis du gris des mines nous arrivons au blanc des Salars à UYUNI,fin du bus debut du 4x4 .Une guide Luisa , un chauffeur Erton, et nous filons dans ce desert blanc puis rouge, or,vert,jaune de sel puis de terre de differente texture geologique.
De deserts en lagunes, de pistes en éboulis, de chaud 25° a tres froid -8°,de tornades de sable aux geysers d'eau souffrée,de plus en plus haut 4894m dans le Sud Lipez, nous arrivons à la nouvelle frontière entre Bolivie et Chili elle est dans le desert d'Atacama qui était encore la Bolivie il y a 150ans avant la guerre du Pacifique ou le Chili à "volé" les côtes Boliviennes .Et nous entrons au Chili,le retour vers le bateau et les chiens....